Blog

Série sur les finances: épargnez-vous des soucis

shutterstock_228376921

Plusieurs personnes angoissent à propos de leurs finances, c’est pourquoi il est libérateur d’enseigner ce que Dieu dit sur le sujet. Une des notions élémentaires, mais combien apaisantes, est l’élaboration d’un budget. John C. Maxwell explique que « Le budget vous dit où l’argent va, au lieu de vous demander où il est allé. » Il est stressant de marcher à l’aveugle, sans jamais savoir ce qui arrivera. Jésus illustre le budget par le calcul de ce qu’il faut pour bâtir une tour. Jésus veut que ses disciples planifient de le suivre jusqu’au bout. Pour ce faire, il est essentiel de devenir de bons intendants de ce qu’il nous confie. Prenez le temps en débutd’année, et aussi souvent que vous en ressentez le besoin, de calculer vos revenus et vosdépenses et de tout faire pour que ce soit équilibré. Vous pourrez ainsi vous épargner bien des soucis.

De l’épargne, ça se planifie aussi dans un budget et ça se multiplie en amassant peu à peu. Laparole de Dieu nous ramène à l’équilibre dans la gestion de notre argent : Tel donne libéralement et ses richesses s’accroissent, tel autre épargne à l’excès et se trouve dans la pauvreté. Celui qui est généreux connaîtra l’abondance ; qui donne à boire aux autres sera lui-même désaltéré. (Proverbes 11.24-25) Nous devenons des agents de multiplication lorsque nous ne mangeons pas toutes nos semences, mais que nous les distribuons aussi à ceux qui sont dans le besoin.

Soyons diligents et généreux comme notre Dieu !

Bonne semaine!

Pasteur David Naud

Série sur les finances : dettes et antidote

shutterstock_214577122

L’Éternel t’ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains ; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point. (Deutéronome 28.12)
Le riche domine sur les pauvres, Et celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête. (Proverbes 22.7)

À l’époque où Dieu adresse cette parole à Israël dans le Deutéronome, la bénédiction divine pour son peuple se dicte entre autres en termes de position de force pour la capacité de prêter et non d’avoir besoin d’emprunter. Dieu ne dit pas qu’emprunter est un péché, il dit simplement que ça nous met dans une position de faiblesse et de vulnérabilité vis-à-vis d’un prêteur (Proverbes 22.7, 26,27).

Selon l’Institut de la statistique du Québec, en 2012, le taux d’endettement des familles était de plus de 160%. Les dettes moyennes des ménages liées à la consommation (sans les dettes hypothécaires) s’élèvent à 45%. C’est près de la moitié des revenus disponibles !

À l’époque de mes grands-parents, emprunter était une honte. Les gens étaient fiers de payer comptant après avoir économisé assidument. Andy Stanley rappelle que : « ce sont les pauvres qui ont besoin d’emprunter, pas les riches », mais cette pensée est désormais révolue. Par ailleurs, consommer à crédit témoigne de notre impatience d’avoir un bien (Proverbes 19.2). Rappelons-nous aussi ces mots de Benjamin Franklin : « Si vous achetez ce qui est superflu, vous vendrez bientôt ce qui est nécessaire » (Cp. Hébreux 13.5). Nous avons encore besoin d’apprendre le contentement et à être reconnaissant pour ce que l’on a aujourd’hui.

Je veux vous encourager à vous libérer aussi vite que possible de l’esclavage de la dette (Proverbes 6.1-5).  Réalisons que ne pas emprunter d’argent, c’est emprunter le chemin de la liberté financière ! L’antidote aux dettes, c’est d’être anti-dette. Cette conviction nous garde en position de force pour donner généreusement et vivre libérés des dettes.

Soyons reconnaissants que Christ ait payé la dette de nos péchés, car celle-ci était impossible à rembourser !

Bonne semaine!

Pasteur David Naud

Série sur les finances : le bonheur fait l’argent !

shutterstock_217599499

La sagesse t’offre, dans sa main droite, une longue vie, et dans sa main gauche, la richesse et la considération. Les voies dans lesquelles elle conduit sont agréables, tous ses chemins convergent vers le bonheur (Proverbes 3, 16,17)

Le gagnant d’un concours sur la définition de l’argent a écrit : « L’argent, c’est un passeport universel pour toutes les destinations, à l’exception du ciel, et un moyen permettant d’acquérir n’importe quoi, n’importe où, sauf le bonheur. »
Je crois que la plus grande illusion en matière d’argent, c’est qu’il procure le bonheur. L’argent apporte du confort, parfois même un réconfort. Je suis le premier à apprécier un cadeau en argent à mon anniversaire ou en guise de récompense pour mes efforts, mais je ne m’attends pas à ce que cet argent ou mes maigres richesses soient la source de mon bonheur.
En plus d’appuyer ce vieux dicton que « l’argent ne fait pas le bonheur », j’ai découvert avec grand intérêt dans la Bible, les Proverbes (3.14-17; 15.15-17, 27), que c’est le bonheur qui fait l’argent ! Lorsque nous sommes heureux et comblés par notre relation avec notre Dieu tout suffisant, nous ne cherchons pas à ensevelir un mal de vivre, une faible estime de soi ou une insécurité par l’accumulation de richesses. Ainsi, un homme heureux et épanoui dans la sagesse du Seigneur ne sent pas le besoin de dépenser pour plaire à quelqu’un ou pour impressionner son voisin. Il ne ruine pas non plus sa vie avec une dépendance quelconque, comme l’alcool, la drogue, la pornogaphie, le jeu ou la nourriture (Proverbes 6.26; 16.8; 21.17). Il sait dépenser selon ses besoins et non ses désirs, et il sait se récompenser au moment opportun selon son budget. Bien entendu, cet homme heureux et béni épargne des milliers de dollars envolés inutilement et vit sans regrets (Proverbes 23.4-5).
Confiez-vous en Jésus pour votre bonheur. Cherchez réellement Dieu dans toute sa richesse et vous serez réellement riches !

Bonne semaine!

Pasteur David Naud

Vous sentez-vous secs parfois ?

shutterstock_61239514

Éphésiens 5

18 Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit ;
19 entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur ;
20 rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,
21 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

Avez-vous remarqué qu’à force de combattre dans la foi et de servir le Seigneur, nous nous fatiguons et nous pouvons nous sentir régulièrement assoiffés spirituellement. L’Esprit qui nous donne la vie éternelle demeure en nous, mais le vase que nous sommes se vide de sa puissance pendant le service. Ce texte nous dit qu’au lieu de se remplir d’une trop grande quantité de vin au point d’en être intoxiqué, remplissons-nous jusqu’au bord de l’eau de la vie de l’Esprit ! Comment ? C’est aussi simple que de demander à boire ! Quand nous avons soif, ne demandons-nous pas un verre d’eau ? Le Saint-Esprit est comme des fleuves d’eaux vives prêtes à nous désaltérer. Disposons nos cœurs et demandons-lui de nous remplir ! Ensuite, ainsi disposé, il s’agit comme le texte nous l’enseigne de vivre un vrai bon temps de prière et louange afin que l’Esprit se déverse ? Nous serons remplis aussi souvent que nous allons à la source !

Bonne semaine!

Pasteur David Naud

Attendre sous la puissante main de Dieu

shutterstock_213330430

Dans un monde où tout est pressé et bousculé par le temps, il devient de plus en plus difficile d’attendre. Que ce soit simplement d’attendre en file à une caisse, aux feux de circulation ou à une réponse de quelqu’un à notre question, ça peut nous demander beaucoup d’énergie. Nous cherchons tellement de réponses et de résultats instantanés. Malheureusement, ça se transpose dans notre relation avec Dieu. Dans des moments difficiles, nous crions rapidement comme le psalmiste « Jusqu’à quand Seigneur ? » (Ps.13). Nous trouvons le temps très long avant que Dieu nous réponde et avant qu’il nous sorte du pétrin.

Plusieurs se mettent alors à interpréter le silence de Dieu et l’attente qu’il impose comme un signe de défaveur ou de désintérêt à leur égard. Se pourrait-il que nous voulions devancer le cours des choses inutilement ? Ou se pourrait-il que la créature voudrait dicter ce qu’il faut faire au Créateur ?

Je vous encourage tous dans l’attente à une attitude d’humilité selon 1 Pierre 5:6 : « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable. »

Ce qui est encourageant, c’est que Dieu a une main puissante pour intervenir, qu’il est en contrôle et qu’il sait lui exactement quand sera le bon moment pour nous élever, nous bénir et répondre à nos besoins. Faisons-lui confiance et attendons sous sa puissante main !

Bonne semaine!

Pasteur David Naud